Syrie

La Syrie (en arabe : سوريا / sūriyā), en forme longue la République arabe syrienne (en arabe : الجمهورية العربية السورية / al-jumhūriyya al-ʿarabiyya as-sūriyya), est un pays d’Asie de l’Ouest situé sur la côte orientale de la mer Méditerranée. Les archéologues ont démontré que la Syrie accueillait l’une des plus anciennes civilisations et les Amorrites (un des plus anciens peuples de l’Antiquité). Sa capitale est Damas. Damas a été fondée au IIIe millénaire av. J.-C.; c’est une des villes les plus anciennes du monde et elle a été habitée sans interruption. Après l’arrivée des conquérants musulmans, Damas est devenue la capitale de l’Empire omeyyade et a atteint un prestige et une puissance encore inégalés dans l’histoire syrienne. En français, la Syrie était autrefois synonyme du Levant ou de la  Grande Syrie (bilad el-Cham en arabe [بلاد الشام]). Durant L’Empire ottoman, cette région regroupait les États actuels de la Syrie, d’Israël, du Liban, de la Jordanie et de la Palestine. Le pays se libéra de l’occupation ottomane après la Révolte arabe, les forces arabes entrèrent à Damas en 1918. Un royaume arabe syrien indépendant fut alors créé. Fayçal, issu de la famille hachémite, en sera le premier et dernier roi. En effet, l’indépendance du royaume cessera après l’occupation du pays par les forces françaises en 1920. La France et le Royaume-Uni, qui se disaient alliés des forces arabes de Fayçal, s’étaient mis d’accord pour se partager le Proche-Orient. Après la défaite de la France en Europe en juin 1940, ce sont les Britanniques, et les Forces françaises libres, qui prennent le contrôle du pays. Les Syriens continuent à réclamer le départ des Français, avec l’appui des Britanniques. De Gaulle engage un bras de fer avec Churchill et les Syriens qui se solde par le bombardement de la Syrie par la France gaullienne. Après plus de 2 000 morts, l’interposition de la Grande-Bretagne interrompt le conflit. L’indépendance de la Syrie s’ensuivra en 1946.  La fin du mandat français entraîne une très grande instabilité en Syrie. Après la guerre israélo-arabe de 1948, le colonel Housni al-Zaïm  procède à un coup d’État en mars 1949, mettant fin au système parlementaire syrien. En 1970, après une série de dictatures militaires instables, Hafez el-Assad, alors ministre de la Défense, prend le pouvoir par un nouveau coup d’État. Son régime fortement autoritaire, structuré autour d’un parti unique a mis en place un contrôle de l’ensemble de la vie politique syrienne. À sa mort en 2000, son fils, Bachar el-Assad, lui succède et maintient le régime instauré par son père, avec un certain relâchement des libertés en début de mandat. Début 2011, la Guerre civile syrienne  se déclenche dans le cadre du Printemps arabe. 

NOURRITURE LITTÉRAIRE

Soufisme et surréalisme

Auteur associé
Adonis (1930 – )
Essai poétique

Soufisme et Surréalisme
écouter-icon Écouter l’extrait audio

“«  Le sufisme et le surréalisme nous permettent de lire sous un nouveau jour, le couple absence/présence : absence de l’homme, présence de la machine, absence du cœur, présence de la raison, absence de la nature, présence de l’industrie ». Cet essai est aussi une manière de célébrer la poésie comme un acte de création qui « libère l’homme de son exil ou de son absence dans cette réalité ». C’est en ce sens qu’Adonis cite Lautréamont : « La poésie sera faite par tous. »Cet essai, publié en arabe en 1992, se présente sous la forme d’un dialogue imaginaire et théorique entre les soufis et les surréalistes. Ce sont des paroles, des vers, des manières d’écrire, des pensées qui se font écho pour décrire une expérience de l’absolu ou de l’absence.

Adonis est né en 1930 dans le nord de la Syrie. Il est initié très tôt, par son père paysan et fin lettré, à la langue du Coran et à la culture arabe. Il publie ses premiers poèmes à dix-sept ans. Après des études de philosophie à l’université de Damas, il s’exile à Beyrouth, où il fonde avec Yûsuf al-Khâl le groupe Chi’r (Poésie) et la revue du même nom qui aura une forte influence sur la littérature arabe contemporaine. Adonis a largement contribué à l’invention d’une véritable modernité arabe et à sa reconnaissance en Europe comme aux États-Unis.
.

L’intreprète des désirs

Auteur associé
Ibn Arabi (1165 – 1240 )
Poésie-spiritualité

Turjman al Ashwaq (L’Interprète des Désirs)
écouter-icon Écouter l’extrait audio

– … Prodige ! Une jeune gazelle voilée
Montrant de son doigt pourpré et faisant signe de ses paupières!
Son champ est entre côtes et entrailles,
O merveille, un jardin parmi les flammes !
Mon coeur devient capable de toute image:
Il est prairie pour les gazelles, couvent pour les moines,
Temple pour les idoles, Mecque pour les pèlerins,
Tablettes de la Torah et livre du Coran.
Je suis la religion de l’amour, partout où se dirigent ses montures,
L’amour est ma religion et ma foi.
 

Dans l’oeuvre d’Ibn’ Arabî, “L’Interprète des désirs” occupe une place à part. Le grand mystique a en effet choisi le vers arabe classique pour exprimer les principes de sa philosophie, qu’il a lui-même commentés. On y retrouve l’apport de la Révélation coranique dans laquelle Dieu est Miséricorde, ainsi que les traits de la culture bédouine de la presqu’île arabique, et ceux de la fertile Andalousie où le maître est né.  Ainsi le lecteur retrouvera le jaillissement, l’effet d’envoûtement auxquels les Arabes ont toujours été extrêmement sensibles, mais aussi les thèmes centraux de l’expérience spirituelle et de la doctrine d’Ibn ‘Arabî, l’un des plus grands auteurs de la littérature soufie.

 

NOURRITURE CULINAIRE

Le taboulé au persil

Le taboulé au persil | Entrée

Recette présentée par Sawswan Kara Mohamad (Shamra, traiteure de cuisine syrienne)

INGRÉDIENTS (pour 5 personnes):

  • 2 bouquets Persil
  • 4 Tomates
  • 1 bouquet d’oignons verts
  • 1 poignée de Bulgur (blé con cassée)
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 Citron
  • 2 pincées de sel

 

PRÉPARATION (15 minutes de préparation. cuisson 30 min)

Hachez le persil très finement. Puis ajoutez les tomates et les oignons hachés finement.
Pressé le citron et mettre le bulgare dans le jus pendant 30 minutes. Le laisser ramollir. Lorsque le boulghour ne croque plus, le sortir de l’eau, et le presser entre les mains pour l’essorer. Le mettre dans le saladier avec le reste
Mélangez ensuite les ingrédients avec l’Huile d’olive et le sel.
Servir à l’apéritif
(Attention le boulghour est du blé concassé assez fin, ce n’est pas de la semoule de couscous. De même, ne pas utiliser de persil frisé, car son goût est beaucoup plus fort.) https://www.facebook.com/Sawsan.rimouski/

https://www.recettes.qc.ca/outils/page/conversions

Anecdotes
“La Syrie a deux belles forces : sa cuisine et sa langue. Et aussi l’écriture calligraphiée et les paysages. Finalement, il y a des beautés en nombre dans cette culture. Comme le soufisme”. Dans la voix de Fahed, les poètes anciens et modernes prennent parole. Enrobée de l’odeur du café à la cardamome, sa parole souffle une langue arabe du Moyen Orient. La sagesse et le silence entre les sons envoutent le salon rimouskois alors que la tempête souffle Novembre.Les feuilles ocres quittent les arbres tandis que les imaginaires s’étoffent et s’épicent. Sawswan raconte : Tout le monde chez nous cuisinait si bien… le taboulé, le kibé, les falafels, les fattair ou le humus, c’était merveilleux. Alors au Québec, comme je ne pouvais plus enseigner, j’ai commencé à partager notre cuisine pour vivre”. Les saveurs et les savoirs s’entremêlent dans un imaginaire où “Je est un autre”. Où l’hospitalité, la plus savoureuse des nourritures, est servie avec amour. Elise Argouarc’h chez Fahed Martini et Sawswan Kara Mohamad