Corrigé de la dictée Antidote

Ça rime en crime !      Curieux caprices de l’orthographe

Dictée Antidote du Salon du livre de Rimouski, 4 novembre 2017 (version finale)

par Mario Bélanger

 

Certains bonzes de l’Académie française ne devaient pas être dans leur assiette quand ils ont officialisé l’orthographe conventionnelle de la langue française.

En espagnol ou en italien, la prononciation d’un « o » s’écrit presque toujours « o », et le son « i » correspond, sauf en de rares exceptions, à un « i » dans un texte. Au contraire, le français préconisé par l’Académie est davantage marqué par le respect de l’étymologie des mots, ce qui explique une variété d’orthographes pour un même son.

Cette orthographe pointilleuse est déjà difficile à apprendre pour les francophones. Imaginez ce que ça doit être pour les gens qui ont une autre langue maternelle et qui tentent d’apprendre le français! Soyons indulgents pour eux, s’il vous plaît… Mais, sans toutes ces subtilités orthographiques du français, pourrions-nous nous amuser à tenir une dictée de la sorte aujourd’hui ?

D’après vous, combien y a-t-il de manières différentes en français pour écrire le son « O » à la fin des mots? Pour ma part, j’en ai compté 13 :

allô [ou allo), anneau, boulot [travail], bravo, / crapaud, croc [dent], faux, fléau, gros, / haut, bungalow, sirop, tôt [de bonne heure]…

Il faut une mémoire d’éléphant pour bien les écrire, sinon on peut facilement passer pour un idiot, un nigaud ou… un rigolo!

Est-ce plus facile pour le son « A »? Pas du tout! Il y en a au moins 16 :

chas [d’une aiguille], déjà, drap [pour le lit], / estomac, un habitat, il mangea, un mollah, / un trois-mâts, un pyjama; le bois [de l’arbre], / la croix, le doigt, froid, moi, / le poids [pesanteur], la proie

Devrait-on crier hourra… ? Ou devenir gaga ?

Et le son « I »? Désolé, mais c’est aussi compliqué. On peut relever 17 façons :

appétit, copie, croquis, crucifix, / un épi [de maïs], gentil, inouï, Jésus-Christ, / il a langui, un pays, un puits, un rallye, / un revenez-y, du riz ou ris, rugby, trahi, yankee… Il y a de quoi être ébahi… ou étourdi!

Le son « OU » ne donne pas sa place. Voici 18 manières de l’écrire :

Août ou aout [le mois], barbecue, caoutchouc, / le cou [qui tient la tête], il coud, le coup [de fusil], / le coût ou cout [de la vie], un égout, un igloo ou iglou, / une interview, sous le joug, [endroit], / le pouls, le radoub, la roue [de l’auto], / roux [la couleur], saoul ou soûl [boisson], sous [la table]…

Dans notre vocabulaire courant, c’est fou comme il y en a… partout!

(Dictée terminée pour les jeunes. Les adultes continuent…)

Continuons avec le son « É ». Je vous invite à écrire : approprié [adjectif], un casse-pieds, coupez! [au cinéma], / un encrier, une mosquée, un quai / et… le hockey.

Le son « È » maintenant : un arrêt, le balai [pour nettoyer], / le ballet [danse], la craie, un excès, / un drapeau irlandais, un mets [pour manger], / la paix, ça me plaît, le respect, / être satisfait, ils applaudissaient.

Ces lettres discrètes, ces sons muets, nous obligent à être aux aguets.

Et pour finir, le son « U » : être convaincu, un abus, le bahut, la cohue. / Et une petite phrase bien embêtante pour terminer le tout : « Toujours à l’affût, il aperçut cet hurluberlu, / un vrai casse-cul, par des intentions ambigües (ou ambiguës) ».

Ce sont de curieuses fantaisies pour une langue, n’est-ce pas? Bonne chance pour l’apprendre correctement! Évitez quand même de donner trop vite votre langue au chat…! Ça s’écrit : C-H-A-…T !

+++

Phase pour départager en cas d’égalité
L’autre jour, j’ai rencontré à l’hôpital des gens avec des problèmes variés :
cirrhose, alopécie, syringomyélie, /
érysipèle, et même mucoviscidose, / qu’on appelle aussi fibrose kystique…
Ouf ! Ce n’est pas joyeux… Mais ce n’est pas contagieux!