Dictée du 46e Salon du livre de Rimouski

 

Répétition de récital en flop mineur

Outrée de la réception mesquine, vile même, qu’on lui avait réservée depuis son arrivée dans la ville avant-hier, la cantatrice se rebiffa. Quand le maestro se tourna vers elle, qui était assise, seule, à l’avant de la salle, et lui fit signe de bien vouloir monter à l’avant-scène, côté jardin, afin que se continuât la répétition en cours qui demandait maintenant sa participation, la diva refusa net. C’est-à-dire qu’elle fit pis encore ; elle fit comme si de rien n’était, comme si un vil énergumène avait, outrage sans nom, tenté d’entrer en contact un tantinet trop intime avec elle.

Corsée la situation, alors, amphigourique, alambiquée, en rien enjouée. Dilemme donc, affrontement des volontés. La soprano indignée, puisque tel était le registre de sa voix d’une part et telle par ailleurs sa fière attitude, ne consentit peu ou prou à sortir de cette rébellion-là [FIN DE LA DICTÉE POUR LES JEUNES] qu’au moment où le haute-contre, qui allait chanter en duo avec elle, vint vers son amie de longue date avec empressement et chaleur, la regardant dans les yeux tel un ophtalmologiste amoureux, puis lui parlant dans le creux de l’oreille comme en aparté. C’est enlacés qu’ils montèrent sur le plateau.

L’exercice d’avant concert qui devait mener en un premier lieu, en un premier temps plutôt, à l’avant-première du récital, put dès lors se continuer, qu’il était par le mariage des deux somptueuses voix, l’une plus langoureuse, l’autre plus douloureuse. Et l’orchestre ne se priva point de faire ample état de son plaisir ; le premier violon se prit non pas pour le violoncelle d’en face mais plutôt quasi pour un violoneux de noces tellement son jeu giguait ; le trombone quant à lui, cuivre émérite, fit jouer ses pistons de si folle et dansante manière que la thrombose pouvait guetter qui ne dansait point. Pour n’être pas ou guère en reste, la trompette s’éclata et répondit avec brio aux voix duelles qui la sollicitaient. On eût dit, à les entendre, des orgues emballées, presque inspirées.

Les leitmotive s’entrelacèrent à l’envi, à qui mieux mieux, survoltés en quelque sorte par les voix et les instruments. Le maestro pour sa part resta sur son quant-à-soi, plutôt coi, et ne manifesta nul enthousiasme. Ce qu’après la répétition la cantatrice chauve – puisque c’est d’elle, la Roumaine française du dramaturge bien connu qu’il s’agissait – commenta ainsi en s’adressant à son ami le contre-ténor : «Peu me chaut, à la fin». Qui eût pu dire mieux, en guise de fin de jasette, quelle qu’elle fût d’ailleurs ?

Auteur: Renald Bérubé

 

Corrigé

Outrée, vile, réservée : la difficulté de l’accord provient de l’éloignement du nom («cantatrice») qui commande l’accord.

Avant-hier, avant-scène, c’est-à-dire : la beauté de l’usage des traits d’union !

Maestro et tantinet : mots d’usage moins fréquent. Comment s’écrit le son «aes», et puis un «n» ou deux à «tantinet» ?

Continuât : le mode subjonctif existe, il est bon de l’utiliser ! Ici, imparfait du subjonctif ; au présent du subjonctif, cela donnerait «que puisse se continuer». «Afin que» commande l’usage du mode subjonctif.

Amphigourique, alambiquée : une sorte de parenté sonore entre les deux mots, de ressemblance faite de «am» et de «ique»/iquée», oblige un peu à se poser quelques questions. Les incertaines et incertains seront confondus L ?

Dilemme : mot souvent orthographié «dilemne».

Tel, telle : «tel» s’accorde avec «registre», «telle» avec «attitude». C’est la proximité de tel et telle qui fait hésiter.

Consentit : passé simple de l’indicatif et non pas imparfait du subjonctif. Donc pas d’accent circonflexe sur le «i».

Peu ou prou : l’usage de l’expression n’est pas si fréquent. L’incertitude en regard de «prou» risque de se communiquer à «peu».

Rébellion-là : le trait d’union, encore.

Haute-contre, avant-première, quant-à-soi, contre-ténor : ici, grand règlement de compte touchant les traits d’union. Et ces mots ont été placés dans des contextes propices à l’incertitude : il y a deux fois usage du mot «premier» avant «l’avant-première» ; et pourquoi «quant-à-soi» a-t-il besoin de traits d’union alors que «à qui mieux mieux» n’en demande pas ?

Ophtalmologiste, trombone, thrombose : on voit bien que l’auteur joue, le malicieux, de l’usage aléatoire du «h» dans l’orthographe.

Enlacés : s’accorde avec le «ils» qui vient après lui.

Mû (dû, redû, crû) : avec un accent circonflexe au masculin singulier.

Violoncelle, violoneux, sollicitaient, emballées : dans chaque cas, combien de «l» ?

Eût : on «aurait» dit – subjonctif imparfait, donc, non pas passé simple de l’indicatif.

Emballées, presque inspirées : les deux adjectifs s’accordent avec «orgues» qui est du genre féminin au pluriel (comme aussi «amours» et «délices») ; et le «e» du mot «presque» ne s’élide que dans «presqu’île».

Leitmotive, à l’envi : le «e» fut longtemps le seul signe du pluriel pour le mot «leitmotiv» ; maintenant, le «s» est aussi accepté. L’expression «à l’envi», elle, n’a aucune envie d’utiliser ce «e» ou cet «s»-là !

Coi : quoi ? Surtout après quant-à-soi…

Peu me chaut : du verbe «chaloir» («importer» : «peu me chaut» = «cela m’importe peu») qui se conjugue comme le verbe «falloir».

Eût : «aurait», encore, subjonctif imparfait, donc.

Quelle qu’elle fût : qu’elle soit telle ou telle, d’où «quelle» ; et «fût» qui serait «soit», un subjonctif donc, si le présent était en cause.

 

Mots pour départager des égalités

Triptyque
Pécuniaire
Hétaïre
Palimpseste
Amphibologique
Souffleter
Raspoutitsa
Occurrence
Zézaiement
Brouillamini
Ressasser
Qu’en-dira-t-on

 

Les gagnants

JEUNES
1er prix : Marie-Andrée Blais
2è prix : Amélie Simard

ADULTES
1er prix : Denis Hatier
2è prix : Normand Paradis
3è prix : Louise Bellavance

Si vous envisagez d’se procurer des médicaments en alignement, il est maintenant le meilleur moment pour le faire. Quels remèdes vous pouvez acheter en file? Kamagra est un remède rentable pour supporter les hommes à maintenir une érection. Kamagra est un remède prescrit pour appartenir à des maladies variées. Que pensez-vous de « achat kamagra oral jelly« ? Est-ce que quelqu’un vous a parlé de « kamagra oral jelly« ? Si vous avez des inquiétudes au sujet de ‘kamagra jelly‘, vérifiez auprès de votre pharmacien avant de prendre le remède. L’impuissance peut être un vrai défi. Avant d’affecter Kamagra ou d’autres médicaments, parlez-en à votre médecin si vous avez des allergies. Ce produit peut contenir d’autres ingrédients, ce qui peut amener d’autres problèmes. Ne donnez pas Kamagra ou tout autre médicament à une personnalité de moins de 18 ans sans avis médical.