Bretagne

Flag_of_Brittany

La Bretagne est une entité géographique et culturelle de la France et une des nations dites celtiques. Péninsule de l’extrémité ouest de la France,elle entourée de la manche au nord, de la mer celtique et de la mer d’Iroise à L’Ouest et du golf de Gascogne au Sud. Elle abrite en son centre le Menez Are (les Monts d’Arrée) et quelques forêts célèbres pour leurs légendes.A l’ouest et au Sud, dans le Breizh Izel (la Basse Bretagne) on parle une langue brittonique, le Breton. Dans le Breizh Uhel (la Haute Bretagne) on parle le gallo. L’usage de ces deux langues s’efface devant celui du français à partir de la moitié du XXème siècle. La tradition bretonne offre un folklore riche en contes, chants, musiques et danse. Mais aussi des plats connus, tels que la crêpe ou le kouign aman. Le drapeau de la Bretagne est le “Gwen ha Du” (Blanc et noir).

NOURRITURE LITTÉRAIRE

Kan An Douar

Auteur associé
Anjela Duval (1930 – 1981)
Poésie

Kan an Douar (Le Chant de la Terre)
écouter-icon Écouter l’extrait audio

L’écrivaine célèbre dans ce recueil la Terre de son pays. Son pays dans sa totalité: la nature bien sûr, mais aussi les gens, l’identité bretonne, l’agriculture sont autant de thèmes abordés ici. C’est avec une plume empreinte de douceur et de finesse que la poétesse-paysanne invite le lecteur à partager l’amour et la ferveur qu’elle porte à ses parents, à sa langue et à son pays.

Karantez pro
En mon coeur est ma blessure /Depuis ma jeunesse y reste gravée
Car, hélas, celui que j’aimais/Ce que j’aime n’aimait pas.
Lui n’aimait que la ville,La grande mer et les lointains
Je n’aimais que la campagne,
Beauté des campagnes de Bretagne/Entre deux amours il me fallut choisir
(…)A lui, honneurs et richesse/ A moi, mépris et humble vie.
Mais je n’échangerais contre nul trésor/Mon pays, ma langue et ma liberté.

Le cheval de l'orgueil

Auteur associé
Pierre-Jakez Hélias (1930 – 1981)
Roman autobiographique

Le cheval d’orgueil
écouter-icon Écouter l’extrait audio

“Trop pauvre que je suis pour posséder un autre animal, du moins ‘le Cheval d’Orgueil’ aura-t-il toujours une stalle dans mon écurie.”
Ainsi parlait à l’auteur son petit-fils, l’humble paysan Alain Le Goff qui n’avait d’autre terre que celle’ qu’il emportait malgré lui aux semelles de ses sabots de bois.

À l’école, il est interdit de parler breton. Il faut tout de suite se mettre au français, quelle misère! (…) Nous nous mettons bientôt à la torture, bourrés de bonne volonté, pour fabriquer de petites phrases en français. Est-ce de notre faute si des mots bretons se glissent dedans? D’ailleurs, le maître est le seul à s’en apercevoir. Quand il assène un coup de règle sur la table, nous savons que nous avons failli.

 

NOURRITURE CULINAIRE

far-breton-drapeau-gateau

Le far Breton | Dessert

Recette présentée par Élise Argouarc’h

INGRÉDIENTS:

  • 180g de farine blanche (1.5 tasse)
  • 150g de sucre (0.6 tasse)
  • 4 oeufs
  • 1 pincée de sel
  • 75 cl de lait chaud (0.3 tasse)
  • Pruneaux dénoyautés

 

PRÉPARATION (10 minutes de préparation)

Mélanger la farine, le sucre et les oeufs. Ajouter le lait lentement, pour éviter les grumeaux. Déposer les pruneaux dans le fond du plat qu’on aura beurré préalablement. Verser le mélange dans le plat. Cuire 45 minutes au four à 400° F.

https://www.recettes.qc.ca/outils/page/conversions

Anecdotes
“Je me souviens, c’est Novembre et ça s’entend. La pluie venteuse tape en rythme sur la fenêtre. J’ai dix ans. Je suis assise à la grande table de chêne, labeur des samedi après-midi de pluie : les devoirs d’école. Mais rien n’est grave, car tout autour de moi, une odeur monte, s’étale, m’encourage à finir d’apprendre… L’heure du gouter approche. Maman sort du four un far brun doré. Il faut attendre encore un peu, c’est meilleur un peu froid. Mais lorsque j’ai fini de travailler, l’odeur me pousse vers le plat recouvert d’un linge. Je le soulève discrètement et mange un des coins encore tiède et tout soufflé. La croute moelleuse, l’épaisseur encore humide de lait du far, le sucré des pruneaux… C’est impossible d’attendre! 4h moins le quart, je mets la table pour le gouter. Et nous asseyons autour du far qui nous réchauffe l’automne.”